Matthieu Sarrat, (en photo ci-dessus) Directeur Général de l’entreprise familiale de transport sur-mesure GT solutions, 2000 salariés pour 220 millions d’euros de chiffre d’affaires, prend la parole pour la première fois pour faire le point sur l’activité de l’entreprise alors que la période de déconfinement s’ouvre ce lundi 11 mai. A 37 ans, Matthieu Sarrat est impliqué dans l’entreprise familiale depuis 5 ans déjà après une expérience de plusieurs années dans le cabinet de conseil en stratégie Oliver Wyman. Durant sa période « d’apprentissage », il a été successivement responsable de la filiale GT Centre Ouest, puis co-manager de la direction commerciale de l’entreprise avant de piloter le rachat de la société Fret Industrie qui devient la nouvelle activité stratégique dans l’affrètement et la distribution. Son père, Michel, a passé le relais à ce diplômé d’HEC et de Sciences Po Paris qui avait déclaré lors de son entrée en fonction « GT solutions vit une période passionnante avec un nombre de défis qu’elle a rarement connu par le passé. Je vis cette transition de manière naturelle. Bien entendu, j’ai une part d’appréhension : la responsabilité liée à la confiance que les salariés et les clients placent dans GT solutions est importante. Il s’agit maintenant d’être à la hauteur ! » Evidemment, la période exceptionnelle que nous vivons aujourd’hui permet au jeune patron de montrer toute sa détermination et son savoir-faire. Nous lui avons posé quelques questions d’actualité.

Comment l’entreprise a t’elle affronté la crise sanitaire et assuré ses prestations de transport dédié ?

A l’annonce du confinement le 17 mars, nous avons perdu 60% de notre activité la première semaine. Depuis, nous regagnons à peu près 0.5% d’activité chaque jour et aujourd’hui l’entreprise tourne à 65 %. Nous serons à 75 % après le 11 mai et le mois devrait se terminer à un niveau de 80 % par rapport à la même période de 2019. Evidemment, tout dépendra de l’activité de nos clients. Ce sont les secteurs de l’agroalimentaire, de la restauration hors foyer dont les EPHAD et de la santé (transport de médicaments, de déchets infectieux, de linge pour les hôpitaux, de prélèvements pour les laboratoires…) qui ont continué de fonctionner. Le secteur de la construction reprend alors que nous avons connu une période d’inactivité de 40 à 65 %. Nous attendons aussi avec impatience la reprise dans l’industrie qui donne des signe de relance d’activité.

Les conducteurs sont accompagnés et s’identifient souvent aux clients de GT solutions

Comment gérez-vous vos 2000 salariés ?

Nos conducteurs ont chacun une spécialité et un savoir-faire qui ne se transmet pas facilement. Chacun s’identifie à l’activité du client auquel il est attaché. Dans cette période, selon la spécialité nous avons été contraints de déclencher le chômage partiel pour 50% de l’effectif, d’autres ont pris des congés payés pour lesquels il n’y a pas de perte de salaire. Mais je dois vous dire que tous ceux qui ont pu continuer à travailler étaient très contents … et les clients satisfaits de notre réactivité et arrangement compte tenu d’une activité en dent de scie. Je sais que c’est grâce à un personnel motivé que nous avons passé ce cap compliqué.

Au bout du compte, certaines filiales de province, dont l’activité est essentiellement tournée vers l’agroalimentaire, tournent pratiquement normalement, alors que celles de l’Ile de France sont très impactées. Pour le personnel dans les bureaux, nous avons organisé des rotations pour limiter la densité. Dans le cadre de notre chantier de réflexion « le bien-être au travail », cela faisait plusieurs années que nous encouragions le télétravail, avec prêt d’ordinateur et différents aménagements, mais sans arriver à le déployer à grande échelle. Ce confinement aura permis au personnel de tester le télétravail et les retours sont positifs.

Comment protégez-vous les conducteurs qui sont en poste ?

Nos conducteurs sont équipés de masques lavables et de gel hydroalcoolique et certains de nos clients qui fournissent les tenues de notre personnel ont également équipé les chauffeurs. Les bons de livraison n’ont plus besoin d’être signés, ce qui limite les contacts avec l’extérieur. Etant spécialisés sur les transports courte distance, nos conducteurs n’ont pas l’occasion de prendre l’autoroute. Ils ne sont donc pas touchés par l’absence de commodités que l’on a beaucoup décriée.

GT solutions a fidélisé ses clients par des services cousus main

Le déconfinement est enfin arrivé. Quels sont vos espoirs dans les semaines à venir ?

Nous sommes multi-spécialistes. Ce n’est pas facile, mais cela a validé le bienfait d’être implanté sur des secteurs très différents les uns des autres, avec l’agroalimentaire, l’automobile, le BTP, la grande distribution. Nous avons un fonds de commerce équilibré. Nous regardons aussi vers la santé, activité mineure pour le moment chez GT solutions. Il est excellent de diluer les risques. Notre richesse, c’est l’humain avec des exploitants et des conducteurs spécialisés. Nous nous rendons compte aussi que notre entreprise a bonne réputation et de nombreux conducteurs nous appellent pour nous proposer leurs services.
La reprise dépend évidemment de l’activité de nos clients. Nous attendons le reprise des services des chaines de restauration ou le secteur de la construction. Cela sera forcément graduelle. Nous préparons les remises en route des véhicules. Nous repensons aussi l’organisation des postes dans les bureaux pour respecter une distanciation sociale indispensable pour la santé de chacun. Nous privilégierons également les circuits courts et locaux dans nos approvisionnements. L’activité va reprendre, mais nous ne savons pas à quel rythme. Tout va dépendre de la relance de la consommation. J’espère qu’on fera partie de ceux qui s’en tireront mais on va devoir gérer la décroissance pendant quelques mois voire quelques années.

GT solutions est un multi-spécialistes. Les conducteurs doivent être aussi des spécialistes

Tirez-vous des enseignements de cette crise ?

Tout d’abord, cette crise balaie bien des convictions. Les choses que l’on croyait immuables peuvent basculer du jour au lendemain. L’épreuve et la difficulté engendrent des comportements différents chez les clients. Ceux qui restent solidaires et compréhensifs et ceux profitent de la situation pour décaler les règlements ou se comportent comme des malotrus. Nos relations se sont renforcées avec les clients qui ont joué le jeu.
Cette crise a été l’occasion de vérifier que le transport était un maillon essentiel de notre économie mais qu’il pouvait aussi vite être en défaut si on n’a pas le matériel pour protéger les hommes et les femmes qui assurent cette prestation. Elle a permis de redorer l’image du conducteur, déconsidéré dans de nombreuses sociétés. C’est pourtant grâce aux chauffeurs que nous avons pu continuer à nous approvisionner dans les rayons, que les pensionnaires des EPHAD ont pu avoir des repas, que les hôpitaux et laboratoires ont été livrés… J’espère que cette prise de conscience sera pérenne dans le temps, nos conducteurs en ont besoin !

Sources: Transportissimo