La Suisse lance le processus législatif en vue de développer un réseau de transport de marchandises souterrain baptisé Cargo sous terrain. L’objectif est de construire un système de tunnels à trois voies de la taille de petits conteneurs circulant à 30 km/h reliant d’importants centres logistiques au cœur de la Suisse. Le projet doit réduire la circulation marchandises de 30 % dans les villes et réduire les émissions sonores de 50 %.

Le conseil fédéral suisse, le gouvernement de la Confédération helvétique, vient de donner son accord de principe au développement de Cargo sous terrain (CST), qui se définit comme étant « un réseau de logistique urbaine pour des villes intelligentes » de demain. Le Conseil fédéral a décidé fin janvier de créer la base légale nécessaire au développement de ce projet aussi ambitieux qu’innovant, en adoptant rapidement une loi sur le transport sous-terrain de marchandises. La loi que veut rédiger le conseil fédéral établira les conditions pour la construction et l’exploitation des installations, et offrira la sécurité juridique aux investisseurs.

490 km de tunnels

Entreprise privée soutenue par tous les grands noms de l’industrie et de la distribution du pays, Cargo sous terrain veut développer à travers la Suisse un réseau de 490 km de tunnels pour transporter sous terre de petits conteneurs, à l’échelle de la palette. Le réseau, pour l’instant limité à 70 km de tunnels, qui devraient être inaugurés en 2031 dans la région de Zurich, pourra donc être étendu dans un second temps à l’ensemble du pays.

Les tunnels relieront sites de production et centres logistiques aux portes des villes. Des véhicules autonomes sur roues circuleront à une vitesse constante de 30 km/h sur des rails à induction. Le CST fonctionnera 24 heures sur 24 dans les tunnels à trois voies reliés aux centres logistiques par des monte-charges verticaux.

Moins de pollution et de circulation

Le système sera uniquement alimenté par des énergies renouvelables. Cargo sous terrain estime pouvoir économiser jusqu’à 80 % de CO2 par tonne de marchandises. Le premier tronçon autour de Zurich permettra d’économiser 40 000 tonnes d’équivalent CO2 par an. Le système permettra également de réduire de 50 % les émissions sonores et de 30 % la circulation liée au transport de marchandises. Selon les estimations de la Confédération, le volume des marchandises transportées par la route et le rail sera en 2040 de 37 % supérieur à celui de 2010.

Autre nouveauté, les livraisons ne seront plus effectuées séparément par des fournisseurs différents mais de manière coordonnée en fonction des lieux de livraison et des délais. Livraisons de marchandises et enlèvement des déchets auront lieu dans la même tournée. À la surface, CST assurera la livraison finale « à bord de véhicules écologiques ».

Sources: actu Transport et Logistique.fr